A page in English

 


TRADUCTIONS


Allemagne

1983 — Der Tod kam nacht und blond (« Un coup pourri »), Moevig Verlag/Playboy, Rastatt, mars 1983. Traduction, Elisabeth Simon.

1984 — Luis kehrt zurück (« Le Retour de Luis »), Moevig Verlag/Playboy, Rastatt. Traduction, Elisabeth Simon.

1986 — Verfolgt bis in den Tod (« Section rouge de l’espoir »), Moevig Verlag/Playboy, Rastatt. Traduction, Isabella Lindner.

1986 — Die Lerche (« La Perdriole »), Moevig Verlag/Playboy, Rastatt. Traduction, Isabella Lindner.

1986 — Monsieur Abel und der Fall Raguenaud (« Monsieur Abel »), Fischer, Francfort. Traduction, Siegfrid Toth.

1986 — Mouche (« Mouche »), Fischer, Francfort. Traduction, Heribert Becker.

1987 — Bleierner Sommer (« Paquebot »), Fischer, Francfort. Traduction, Heribert Becker.

2003 — Das gestohlene Kind (« Melchior »), Blanvalet, Munich, (département de Goldmann Verlag, groupe Random House). Traduction, Roland Vouillé.

2004 — Der ungeklärte Mord (« La Promesse de Melchior »), Blanvalet, Munich, (département de Goldmann Verlag, groupe Random House). Traduction, Michael von Killisch-Horn.

2004 (nov.) — Der tote Detektiv (« Melchior en automne »), Blanvalet, Munich, (département de Goldmann Verlag, groupe Random House). Traduction, Michael von Killisch-Horn.

 

Argentine

1977 — Mouche (« Mouche »), Goyanarte, Buenos Aires. Traduction, Berta de Tabbush.

1981 — Crímenes imperfectos (« Mes crimes imparfaits »), Emece, Buenos Aires. Traduction, Susana Soba Rojo.

1981 — El largo túnel (« Adieu, La Jolla »), Emece, Buenos Aires. Traduction, Susana Soba Rojo. 


Brésil

1978 — Um golpe sujo (« Un coup pourri »), Difel, Sao Paulo. Traduction, Ondina Ferreira.

1979 — Mouche (« Mouche »), Difel, Sao Paulo. Traduction, Heloysa de Lima Dantas.

2008 – Contos do papa-moscas (« Contes du gobe-mouches »), Livraria Martins Fontes editoria, São Paulo ; tradução de Andréa Stahel M. da Silva ; ilustrações de Lúcia Brandão. 


Danemark

1984 — Håbets røde brigade (« Section rouge de l’espoir »), Borgen Kriminalroman, Copenhague. Traduction, Jens Christiansen. 


Grèce

2000 — « Olès oï zoès tis Natassa »(« Toutes les vies de Natacha »), Empiria, Athènes. Traduction, Eugène Rassi.


Italie

1979 — Per interposta persona (« Le Premier-né d’Égypte »), Garzanti Vallardi, Milan. Traduction, Sandro Ponti.

1979 — Storie di una provincia violenta : Mouche (« Mouche »), Traduction, Paola Cusumano ; Il ritorno di Luis (« Le Retour de Luis »), Traduction, Massimo Parizzi ; Esca viva (« La Pêche au vif »), Traduction, Giovanna Pescetti ; omnibus Garzanti, Milan.

1980 — (décembre) édition  du « Club Degli Editori » de Storie

1997 — Esca viva (« La Pêche au vif »), reprend la Traduction Garzanti de 1979 (Giovanna Pescetti) dans Le Piccole Città (Gli speciali del giallo, n° 11, Mondadori, Milan, avec Sébastien Japrisot, La Dame dans l’auto… et Pierre Magnan, Le Secret des Andrônes).


Japon

1983 — « Mouche », Kodan Sha, Tokyo. Traduction, Ryozo Nagashima.

1985 — « Un coup pourri », Kodan Sha, Tokyo. Traduction, Kozo Sakakibara.

2006 — « La Balade de Bob Dealer », nouvelle, dans Hayakawa’s Mystery Magazine, n° 609, novembre 2006.


Norvège

1980 — Meksikanerpiken (« Mouche »), « Den svarte serie », Gyldendal Norsk Forlag, Oslo. Traduction, Harald Engelstad. Deuxième édition : 1995.


Pays-Bas

1980 — Meneer Abel (« Monsieur Abel »), Elsevier, Amsterdam. Traduction, Herman den Otter.

1981 — Onvolmaakte misdaad (« Mes crimes imparfaits »), Elsevier, Amsterdam. Traduction, Marianne Minier.

1983 — Spiegel van de waanzin (« Quidam »), Elsevier, Amsterdam. Traduction, Daniël Visser.

1984 — Het rode front (« Section rouge de l’espoir »), Elsevier, Amsterdam. Traduction, Daniël Visser.


Roumanie

1984 — Adio, California (« Adieu, La Jolla »), Editura Univers, Bucarest. Traduction, Vera Maria Neagu.

?   —  …… (« Monsieur Abel »), Editura Univers, Bucarest (contrat de 1991, aucun justificatif reçu ; n’a probablement pas été publié).


Suède

1977 — Den gamla damens hämnd (« Mouche » = « La revanche de la vieille dame »), Forum Verlag , Stockholm. Traduction, Gunvor Ragnartz.

1979 — Spader dam (« Le Premier-né d’Égypte »), Forum Verlag, Stockholm. Traduction, Gunvor Ragnartz.

1980 — En hârd match (« Un coup pourri »), Forum Verlag, Stockholm. Traduction, Gunvor Ragnartz.


Tchécoslovaquie

1983 — Sbohem, La Jollo (« Adieu, La Jolla »), Nase Vojsko, Prague. Traduction, Alena Poková.

1983 — Pan Abel (« Monsieur Abel »), Svoboda, Prague. Traduction, Kristian Mitulejsky.


Turquie

2010 — Koruganin Gizemi (« La Promesse de Melchior »), Kyrhos Kitap, Istanbul. Traduction, Sebem Aruoma.


USA

1979 — Mouche (« Mouche »), hardcover, Peebles Press, « The Midnight Library », New York, distrib. Farrar, Straus & Giroux. Traduction non créditée : Amy Wiener.

1979 — The First Born of Egypt (« Le Premier-né d’Égypte »), hardcover, Peebles Press, « The Midnight Library », New York, distrib. Farrar, Straus & Giroux. Traduction non créditée (Amy Wiener).


1979 (1981 ?) — Farewell, La Jolla (« Adieu, La Jolla »), hardcover, Peebles Press, « The Midnight Library », New York, distrib. Farrar, Straus & Giroux ; annoncé pour octobre 1979, aucun justificatif reçu. Traduction non créditée (Amy Wiener ?). ISBN 0.85690.0907.

1980 (1981 ?) — A Rotten Deal (« Un coup pourri »), hardcover, Peebles Press, « The Midnight Library », New York, distrib. Farrar, Straus & Giroux ; annoncé pour janvier 1980, aucun justificatif reçu. Traduction non créditée (Amy Wiener?). ISBN 0.85690.0983.

Janvier 2004 : après enquête, ces deux livres, signalés dans le Dictionnaire des Littératures policières de Claude Mesplède, comme ayant été édités, ne sont jamais parus.


“Rien n’échappe à l’œil de la Literatournaïa Gazeta, sauf la littérature.”

Alexandre Soljénitsyne, l’Archipel du Goulag.


Dans sa livraison d’août 1981, la célèbre revue culturelle soviétique Literatournaïa Gazeta consacra, sous la signature de V. Joukova, un papier de 2 000 mots à trois romans et un article d’Alain Demouzon (relayé d’un autre article de fond sur le renouveau du roman noir français, par Jacques-Pierre Amette dans Le Point). Titrée « Un paradoxe indéfendable »,  cette étude de sept feuillets s’appuyait sur le « libre propos » rédigé par Demouzon pour le quotidien Le Soir de Bruxelles et titré « Le roman noir est-il un roman rose ? » (10 septembre 1980). La dimension taquine et désinvolte du billet avait évidemment été délaissée au profit d’un regard glacial et menaçant, décidant d’une position idéologique affirmée comme étant prétendument celle de l’auteur. « Pour moins que ça, on peut se mériter dix ans de camp à régime sévère ou une balle dans la nuque ! » – s’était alors exclamé l’inculpé quelque peu paranoïaque.

En souvenir de cet heureux temps pas si lointain, livrons quelques lignes de cet honneur rendu à un auteur français « petit-bourgeois anti-révolutionnaire » : faire l’objet d’un article dénonciateur dans la Literatournaïa Gazeta.


« C’est actuellement en France l’auteur le plus prisé de romans policiers ou romans noirs (il en a publié plus d’une douzaine), il est également largement édité au Canada et aux États-Unis. La revue Lire dans une longue interview de l’écrivain voit en lui l’espoir le plus sérieux du « roman noir » français.

[...] En transformant la réalité à son gré, Demouzon représente les gauchistes comme de véritables révolutionnaires prêts à tout pour arriver à leurs fins : trahison, sang, mensonge. Et bien que Demouzon récuse toute interprétation sociale de ses œuvres, Le retour de Luis est porteur d’une propagande évidente, celle de rendre effrayante la notion d’esprit révolutionnaire, quel qu’il soit, pour le petit-bourgeois. Et bien sûr ce n’est pas par hasard. Demouzon est un partisan convaincu de la bourgeoisie actuelle qui de son point de vue, est acceptable pour tous. [...] »


En 2003, des contrats furent signés avec un éditeur russe, pour trois romans du sextuor Melchior. Les traductions envisagées ne sont jamais parues. Licencié d’une manière selon lui abusive, le responsable littéraire avait embarqué les derniers contrats signés; probablement pour les jeter dans la Neva ou la Moskova. Son remplaçant n’a pas voulu renouveler ces contrats perdus... « Trahison, sang, mensonge »...


       
      ACCUEIL        L’AUTEUR        L’ŒUVRE        MISCELLANÉES        SUITE 
                                                                                      ACCUEIL.htmlLAUTEUR.htmlL%C5%92UVRE.htmlMISCELLANeES.htmlCatalogue.htmlshapeimage_4_link_0shapeimage_4_link_1shapeimage_4_link_2shapeimage_4_link_3shapeimage_4_link_4